La reine Christine de Suède (1626-1689)

Depuis la nuit des temps, les femmes ont été confinées au rôle d’épouses et de mères, priées de ne pas faire de vagues, de ne pas faire de bruit et, surtout, de ne pas se faire remarquer. Certaines femmes sont très heureuses dans ce corset social qui leur est réservé, mais toutes ne trouvent pas leur bonheur dans un moule aussi rigide. De nombreuses femmes ont vu leur talent et leur génie étouffé par les convenances sociales. Pour une Marie Curie, combien d’Alma Mahler, combien de Fanny Mendelssohn ou de Mileva Einstein?  

Il y a pourtant eu une femme extraordinaire qui a non seulement refusé de se plier à l’obligation de se comporter comme une dame, mais qui a également refusé les contraintes liées à son sang royal. Dès sa naissance, Christine de Suède a fait croire à tout le monde qu’elle était un garçon, étant née très poilue et d’un sexe ambigu. La généalogie royale n’attend que des héritiers mâles et la cour de Suède avait besoin d’un garçon, mais voilà…. à y regarder de plus près, c’était bien une fille. Le trône ayant besoin d’un successeur, suite au décès du roi sur le champ de bataille lors de la guerre de Trente Ans, Christine est devenue reine à l’âge de six ans.



La reine invitait de beaux esprits à sa cour, parmi lesquels René Descartes, avec qui elle voulait débattre de l’âme, de l’esprit et de leur rapport à notre corps. Le malheureux Descartes est mort à Stockholm peu de temps après son arrivée, probablement d’une inflammation pulmonaire. Après avoir été enterré dans un cimetière pour non-protestants, sa dépouille a été rapatriée en France, mais sans son crâne…. Mais c’est une autre histoire.


Le rôle de tout monarque est d’être à la tête d’un royaume, de guerroyer, mais aussi de donner un héritier au trône. Toutefois, la reine Christine refusait de se marier. On la disait très libertine, vivant ses passions avec des amants des deux sexes. Lasse de devoir subir de telles pressions, refusant de renoncer à sa liberté en se pliant au joug du mariage, elle finit par désigner son cousin Charles-Gustave prince-héritier. Enfin, dégoûtée du pouvoir, elle finira par abdiquer en 1654 à l’âge de 28 ans et se convertira au catholicisme.


A ce propos, il est intéressant de constater que le film qui a été tourné en 1933 aux Etats-Unis par Rouben Mamoulian relate de façon relativement fidèle le parcours de vie très romanesque de la reine Christine, incarnée par Greta Garbo. Sauf …. sauf …. qu’au cinéma, c’est évidemment l’Amour qui est le motif principal de l’abdication de la reine. Elle tombe amoureuse de l’émissaire du roi d’Espagne, avec qui elle converse de Velazquez et de Calderón. Elle renonce au trône, car le peuple n’accepte pas que la reine fréquente un étranger, l’héritier de la cour devant être de sang suédois. Elle choisit la liberté, mais les rigueurs du romantisme veulent que l’homme à qui elle a donné son cœur et sa vie meure dans ses bras, des suites d’un duel. 



On pourrait se demander comment Christine aurait vécu, si elle était née au XXème siècle ? Serait-elle une égérie des mouvements LGBTQI ? Serait-elle le fer de lance d’une grève pour le climat ? Serait-elle prix Nobel ou auteur à succès ? Tout ce que je souhaite, c’est que les Christines de ce monde puissent dorénavant pleinement déployer leurs ailes, développer leurs talents et laisser libre cours à leurs passions, même si cela signifie déranger en étant différentes.

 


Voir le documentaire Secrets d’Histoire, avec Stéphane Bern, sur Daily Motion

https://www.dailymotion.com/video/xsotz3  


La scène finale du film


Un documentaire sur la reine Christine